Infolettre Mont-Orford, la saga
10 mars 2011
 

Le suspense du dernier recours

La saga du Mont-Orford est tellement bien installée dans le paysage politique de l’Estrie depuis des années, qu’on s’attend à un nouvel épisode sur une base régulière comme pour les feuilletons à la télévision.

Pourtant, c’est un enjeu bien réel de développement durable, de conservation d’un patrimoine naturel, économique, récréatif, culturel, aussi central pour l’avenir de la collectivité qu’il peut l’être dans le paysage régional.

Cet enjeu peut prendre une tournure dramatique. Il peut continuer de rebondir indéfiniment au rythme des saisons. Une fin heureuse n’est pas exclue. Où se situe la volonté collective ? Qui perd, qui gagne ? Les entrepreneurs sont-ils au rendez-vous ? Coopératifs ou capitalistes ? Les élus sont-ils à la hauteur de leur mandat de valorisation de l’intérêt de la collectivité avec leur projet de Société d’économie mixte ?

seaoCe 23 mars prochain, avec la fin du processus d'appel de candidatures pour le dernier recours, un virage radical aura été pris. Le gouvernement aura lâché le volant et la région aura pris la relève. Ce n’est qu’une image très floue d’un long dérapage qui n’est pas encore sous contrôle. Heureusement, le Mont-Orford sera toujours à l’intérieur du parc national. La SÉPAQ sera toujours là pour le mettre en valeur.

Y aura-t-il encore une station de ski alpin, et pour combien de temps ?

Je vous propose, dans un premier temps, de faire le point sur la démarche de dernier recours et sur les enjeux qui suivront le choix d’un partenaire privé avec les négociations sur « la convention unanime des actionnaires »

Ces derniers jours, le troisième lancement du Fonds de relance du Mont-Orford a fait les manchettes des journaux de la région. Vous voudrez peut-être comparer les trois plans et les recettes de mise en marché de cette initiative qui a l’ambition de créer un effet de levier de 10 M $ d’investissements dans les installations du Mont-Orford.

sepaqLe journal LaTribune publiait récemment une entrevue avec le pdg de la SÉPAQ accompagné de la nouvelle directrice du parc national du Mont-Orford. Ces intervenants du secteur public ont des idées et des moyens. Ils veulent une relation de partenariat avec la région et ils sont patients.

sepaqÀ la suite d’un début de réflexion sur la place de la villégiature versus le tourisme dans l’économie de la région et dans les finances municipales, vous pourrez apprécier des tableaux qui indiquent le niveau de dépendance des municipalités de la région à l’égard de la clientèle des chalets et des maisons de villégiature.

Enfin, dans un effort de synthèse, je vous livre mon analyse des facteurs qui nuisent à la pérennité de la station de ski du Mont-Orford.

Hubert Simard
Journaliste indépendant

Les sites Mont-Orford, la saga et Southière, le webzine ainsi que l'infolettre sont édités par Hubert Simard.

40 des Ormes - Magog - J1X 5W3 - 819 432-4102