Infolettre Mont-Orford, la saga
21 septembre 2010
 

À la veille d'ouvrir un nouveau chapitre de la saga

Dans quelques jours, le silence qui est tombé sur le dossier de la station touristique du Mont-Orford sera rompu. Depuis l'ouverture de la seule soumission de Robert Sudermann à l'appel d'offres sur les installations de la station touristique, le 9 juillet dernier, on attend le rapport du comité d'évaluation et la décision ministérielle. Pour les personnes qui suivent le compte à rebours, on s'attend à ce que la soumission soit retenue une dizaine de semaines avant l'ouverture de la saison de ski.

Est-ce que le nouvel opérateur pourra remplir son mandat de cinq ans soumis à une garantie de 4 M $? Pourra-t-il résorber le déficit annuel de 1 M $ tout en améliorant les services, notamment par l'éclairage de pistes? Est-ce que le projet de fonds de relance régional remplira sa promesse d'une contribution annuelle de 1 M $ pendant cinq ans?

Le respirateur artificiel gouvernemental est encore en place pour faciliter la transition. Gestion Soroma, sous contrat de la Sépaq, prépare la saison 2010-2011 et les passes de saison sont en vente. Certains vont même jusqu'à avancer que la décision est volontairement ralentie pour que le nouveau propriétaire n'ait pas à financer le démarrage de la saison. Par ailleurs, les usagers et les travailleurs de la station de ski doivent s'attendre à une saison marquée par les remises en question.

Hubert Simard
Journaliste indépendant

De SOS Parc Orford aux Amis du parc du Mont-Orford

sondageLe samedi 11 septembre 2010, les membres et sympathisants de SOS Parc Orford ont mis fin aux activités de la Coalition SOS Parc Orford en célébrant la victoire. L'organisme, créé en mars 2006, a été porté par un vague de fond sans précédent dans l'histoire de l'action citoyenne au Québec. C'est la décision du gouvernement Charest de vendre les terres de la station touristique du Mont-Orford qui a engendré le mouvement de conservation de ce patrimoine et de défense de la Loi sur les parcs. La loi 90, adoptée en mai 2010, a mis fin à la mission de l'organisme avec la réintégration des 459 hectares soustraits du parc en 2006.

Vidéos
Une vidéo-souvenir présente des témoignages et rappelle les moments forts de la Coalition. La vidéo de la dernière assemblée est également disponible en ligne.

sondageLe dernier message de SOS Parc Orford est une invitation à devenir membre des Amis du parc du Mont-Orford, une organisation vouée à la valorisation du parc national du Mont-Orford. Cette organisation fait partie d'un réseau appuyé par Nature Québec. Ginette Bélanger agit comme présidente intérimaire. Une assemblée sera convoquée au cours de l'automne pour désigner un conseil d'administration. Pour manifester votre intérêt et recevoir des nouvelles de l'organisme, envoyez un courriel à amisduparcorford@gmail.com.

Jeu de chaises dans le leadership autour du dossier du Mont-Orford

Gouvernement du Québec
Après avoir livré la Loi 90 et après avoir mené à terme le processus d'appel d'offres pour les installations de la station touristique, la ministre Line Beauchamp prend en charge d'autres responsabilités ministérielles. Elle laisse à Pierre Arcand, son successeur au ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP) la tâche de signer une entente avec le seul soumissionnaire, Robert Sudermann. On ne connaît pas ses opinions sur le dossier Orford.

MRC de Memphrémagog
Du côté régional, la situation laisse perplexe. La mairesse de Magog, Vicki May Ham, a beaucoup travaillé pour assumer le leadership régional dans le dossier du Mont-Orford. Au cours de la dernière campagne électorale municipale de 2009, elle avait reproché à son prodécesseur, Marc Poulin, de ne pas avoir été suffisamment actif dans ce dossier. Au mois d'août, moins d'un an après son élection, elle abandonne le poste de présidente du CLD de Memphrémagog à partir duquel elle a piloté les positions et les initiatives de la région, dont le projet de Fonds de relance. Ses motivations sont associées aux efforts de relance de l'économie de la Ville de Magog et à sa volonté de rapatrier des ressources pour l'administration municipale. Le directeur-général quitte le CLD. Vraisemblablement, il n'accepte pas que l'organisme soit considérablement diminué. Le CLD sortira affaibli de ces transformations et il y aura moins de ressources pour appuyer le dossier d'Orford.

Le maire du Canton d'Orford, Pierre Bastien, vice-président du Conseil d'administration du CLD assume l'intérim, mais pas nécessairement la relève. Très intéressé par le dossier de la station touristique du Mont-Orford, qui est localisé dans sa municipalité, il entretient des communications régulières avec Robert Sudermann. Il prévoit redémarrer le projet de Fonds de relance qui plafonne à 40% de son objectif lorsque l'entente sera signée avec le nouveau propriétaire des installations.

Vidéo - Audio
Vicki May Hamm expose son point de vue dans une entrevue (vidéo) avec Mont-Orford, la saga et Pierre Bastien répond aux questions (audio) à l'assemblée publique de la MRC de Memphrémagog du 15 septembre. >> Suite

Parc national du Mont-Orford
Le 12 juillet, Brigitte Marchand a été nommée directrice du parc national du Mont-Orford. Mme Marchand affiche une feuille de route remarquable, qui en fait une personne ressource clé pour l'avenir de la station touristique, qui est localisée à l'intérieur du parc. Après avoir géré la station de ski Montjoye depuis 1998, elle a assumé la direction de la station de ski du Mont-Orford en 2008 sous contrat de Gestion Soroma. Elle aura à équilibrer ses responsabilités de protection de l'intégrité du parc de conservation avec celles de contrôle de l'entente entre le propiétaire des installations de la station touristique et le gouvernement dans une vision d'ensemble de mise en valeur du potentiel récréatif du parc.

En périphérie du dossier Orford

Ski Monjoye
zone 30Tous les intervenants ont fait leur deuil de la saison de ski 2010-2011 à ski Montjoye. Dernier coup de masse dans le processus de démantèlement des installations de la station de ski, le remonte-pente quadruple a été vendu à Ski Bromont. Des personnes regroupées autour du projet de relance de la Coopérative de solidarité de Ski Montjoye sont encore à la recherche de solutions pour l'avenir. Par ailleurs, il n'est pas acquis que les terrains et les bâtiments soient achetés par la municipalité du canton de Hatley. À la suite d'une évaluation, la municipalité veut renégocier le prix.

Est-ce que la fermeture de Ski Montjoye contribuera à la relance de la station de ski du Mont-Orford? Ça dépendra de la capacité de la nouvelle direction à séduire la clientèle à la fois familiale et jeune de Ski Montjoye. Cette clientèle de la région de Sherbrooke est très sensible aux prix. Contrairement aux retraités qui peuvent jouir d'une passe de saison à 119 $ pour skier sur semaine, les jeunes doivent payer le plein prix pour skier en fin de semaine. Près de 5 000 jeunes sympathisants de Ski Montjoye se sont regroupés sur la page « Contre la fermeture définitive du centre de ski Montjoye » et l'idée de transférer leurs activités au Mont-Orford était accueillie avec hostilité. Comparativement, l'initiative du CLD de Memphrémagog « Sauvons la station touristique du Mont Orford et ses 560 emplois » n'a regroupé que 1 668 sympathisants et 467 pour la « Coopérative du Mont-Orford ».

Pressions d’agrandissement du parc sur la municipalité de Racine

Nouvelle tendance? Des citoyens font pression sur la municipalité de Racine pour empêcher le développement d'un territoire de 250 hectares dans un secteur exclu par le MDDEP du projet d'agrandissement du parc. Ils réclament que ce secteur fasse partie du parc. Les riverains du lac Brompton ont également entrepris des démarches pour être annexés à la municipalité de Saint-Denis du lac Brompton, de manière à ce que le territoire du lac ne soit plus divisé entre deux municipalités.

Les sites Mont-Orford, la saga et Southière, le webzine ainsi que l'infolettre sont édités par Hubert Simard.

40 des Ormes - Magog - J1X 5W3 - 819 432-4102