Le compte à rebours se poursuit

Semaine 39, 2010-03-22

Lancement du projet de loi 90 et de l’appel d’offres sur les installations
lundi 22 mars 2010 par Hubert Simard

Lundi 22 mars

Lundi le 22 mars : Sondage Radio-Canada

La semaine débute avec un sondage réalisé pour Radio-Canada sur la relance de la station de ski du Mont-Orford. Les répondants ont été sélectionnés parmi les trois municipalités visées par le projet de taxe pour le fonds de relance de la station de ski du Mont-Orford : Magog, Canton d’Orford et Eastman. La firme Segma/Unimarketing a interviewé 703 personnes entre le 16 et le 21 mars.

Les faits saillants

  • Les utilisateurs de la station de ski et du terrain de golf ne représentent que 32 % de la population locale.
  • L’opposition à la fermeture de la station de ski et du golf, même en l’absence de rentabilité, atteint 69 %.
  • L’opposition au projet de hausse de taxe de vente de 0,25 % se situe au niveau de 65 %.
  • La confiance dans le secteur privé comme gestionnaire ne dépasse pas 24 %. La solution coopérative reçoit 21 %, comme la SÉPAQ, tandis que la solution de la régie intermunicipale est au niveau de 17 %. Les solutions à caractère collectif reçoivent près de 60 % d’appuis.
  • L’insatisfaction à l’égard du travail des élus de la région atteint 49 % et monte à 56 % au Canton d’Orford.
  • Le niveau d’insatisfaction à l’égard du gouvernement Charest atteint 79 %.

++++Mardi 23 mars

Le mardi 23 mars, LE MOMENT HISTORIQUE

En fin de journée, lundi, le journaliste Yves Chartrand de Rue Frontenac a été le premier à avoir obtenu la confirmation que le projet de loi sur le Mont-Orford comprendrait la réintégration des 459 hectares à l’intérieur du parc national du Mont-Orford. La nouvelle a fait l’objet de plusieurs rediffusions sur Twitter.

Mardi matin, le journal La Tribune titre en page couverture : « Les jeux sont faits », « Québec doit réintégrer les terres au parc » et « L’appel d’offres lancé aujourd’hui ».

En page 3, Jean-François Gagnon : « Jour J pour le Mont-Orford ». La ministre Beauchamp doit déposer le projet de loi à Québec, puis se rendre au Canton d’Orford pour l’expliquer. Tel que déduit dans l’article Nouvelle loi sur le Mont-Orford, les conditions pour l’appel d’offres seront fixées dans le projet de loi et la question du démantèlement sera traitée.

Fait nouveau, des travaux évalués à 1,3 million $ seraient pris en charge par le gouvernement pour assurer l’approvisionnement de l’eau nécessaire à l’enneigement artificiel de la montagne. La conduite actuelle, qui traverse le parc, est en mauvais état et l’eau est gaspillée. Le maintien du niveau d’eau de l’étang aux Cerises, dans le parc, est un enjeu environnemental qui a fait l’objet de discussions au fil des années. Au cours de l’été passé, le barrage a été refait. Est-ce que ces travaux sont financés à même le budget de 5 millions de dollars prévu pour la réhabilitation environnementale du Mont-Orford ? Cet investissement, qui constitue une contribution aux installations de la station de ski, sera un irritant pour les stations de ski concurrentes.

Curieusement, Jean-François Gagnon annonce, également, que le Canton de Hatley et le propriétaire de la station de ski Montjoye, Serge Couture, feront une annonce commune ce mardi. Il semble que le Canton d’Hatley n’achètera que les terrains et les bâtiments de la station de ski. Par contre, La Tribune annonce qu’un groupe d’investisseurs serait intéressé à faire une offre sur l’ensemble des actifs.

La conférence de presse de la ministre Beauchamp

Tel qu’annoncé, la ministre Beauchamp s’est présentée à la conférence de presse au Centre d’Arts d’Orford accompagnée du député Pierre Reid.

La ministre a confirmé ce qu’on savait déjà avec la publication du projet de loi 90 et elle a apporté des réponses aux questions qui restent en suspens. Pour le détail du projet de loi voir l’article sur ce sujet.

La journée se termine par une cascade de trois reportages à Radio-Canada Estrie.

  • Le premier reprend les événements de la journée avec le lancement de la loi 90 et la conférence de presse de la ministre Beauchamp. Il se termine avec une entrevue en direct de la ministre au Centre d’Arts d’Orford.
  • Le deuxième reportage constitue une suite au sondage diffusé la veille sur la relance de la station de ski du Mont-Orford. Ce volet traite du projet immobilier Vertendre sur les flancs du mont Sylio Lacharité, voisin du Mont-Orford et en périphérie du parc. Le titre choisi, « Un projet qui divise », signifie que l’opinion est partagée à 49 % en accord et 45 % contre. Par contre, le projet de monorail entre le projet d’hôtel au sommet du mont Sylvio Lacharité et le Mont-Orford reçoit 59 % d’appuis. L’idée de coopération entre Vertendre et la Coopérative de solidarité du Mont-Orford reçoit 75 % d’appuis mais, le propriétaire de Vertendre, Alain Chagnon n’y est pas favorable alors que Bertrand Larivée, président de la coopérative se montre ouvert.
  • Le troisième volet porte sur la fermeture de la station de ski Montjoye au Canton de Hatley. Le propriétaire juge qu’il y a trop de stations de ski en Estrie pour qu’elles soient rentables. Le maire Levac propose à la municipalité d’acheter les terrains et les immeubles. La municipalité n’a pas les moyens d’opérer la station de ski, d’autant plus qu’elle n’est utilisée que par 5 % de sa population. Les terrains serviraient à des fins de loisirs et les bâtiments à des fins d’administration.

++++Mercredi 24 mars

Le mercredi 24 mars Les réserves de SOS Parc Orford

PDF - 35.2 ko
Communiqué SOS Parc Orford
2010-03-24

Au lendemain de l’annonce de la loi 90 sur le parc national du Mont-Orford, SOS Parc Orford, la coalition qui a mené la lutte pour le maintien du Mont-Orford à l’intérieur du parc, se réjouit de la réintégration des 459 hectares.

Toutefois, avant de crier victoire, la coalition attend que la loi soit véritablement adoptée. La ministre Beauchamp a annoncé une commission parlementaire ouverte à des propositions du milieu. Certains sujets, qui ne se retrouvent pas dans le projet de loi, pourraient être introduits en cours de processus. C’est notamment le cas des liens entre le Mont-Orford et les projets de développement immobilier qui traverseraient des secteurs qui sont actuellement à l’intérieur du parc.

Le téléjournal de 18h de Radio-Canada Estrie reprend des éléments de la conférence de presse de SOS Parc Orford et des critiques sur l’appel d’offres dont celle de Serge Couture, le propriétaire de Ski Monjoye, qui s’apprête à fermer la station et qui juge qu’aucun entrepreneur a les moyens d’émettre une garantie de 4 millions $ pour cinq ans.

La couverture des événements du mardi

La Tribune 2010-03-24La Tribune accorde la page couverture à la ministre Line Beauchamp avec comme titre « Nouvel appel d’offres - Orford pour un dollar... et une caution de 4 millions $ » Les pages 2 et 3 du journal portent sur le dossier Mont-Orford - Lancement de l’appel d’offres avec des articles de Jean-François Gagnon et de Sonia Bolduc. En plus de mettre en évidence les faits saillants annoncés la veille, le journal fait état de commentaires favorables de la part du préfet Gérard Marinovich, du conseiller syndical Marc Bellemare et de la directrice de la Chambre de commerce et de l’industrie Magog-Orford, Francine Caya.

Vicki May Hamm va remettre à l’étude le dossier du fonds de relance, à la suite du refus de la ministre de retenir la recommandation du milieu économique (hausse de la taxe de vente de 0,25 %). Il y a peu de marge de manœuvre du côté de la taxe foncière et ce scénario n’a pas été retenu.

Le directeur général de Tourisme Cantons de l’Est, Alain Larouche, a exprimé son soulagement devant la décision de la réintégration du Mont-Orford à l’intérieur du parc national, ce qui facilitera les initiatives de valorisation du parc.

Le journal fait le point sur les réserves de SOS Parc Orford concernant les liens mécaniques et l’ouverture de la ministre à recevoir des propositions en commission parlementaire. Le coordonnateur de la coalition, Claude Dallaire, exprime sa méfiance. Selon Gisèle Lacasse Benoit la coalition s’est montrée favorable à un projet de chaise d’accomodement du côté Est. Le lien avec Vertendre, qui traverserait des espaces protégés du parc ne fait pas consensus.

Le Reflet-du-Lac

Couverture Reflet-du-Lac 2010-03-25L’hebdomadaire Le-Reflet-duLac sera distribué demain (jeudi) et la page couverture affichera le titre Orford à vendre pour 1 $. Dany Jacques a rédigé un article accessible sur la version en ligne du journal sous le titre « Un projet de loi prévoit la réintégration des terres publiques à Orford  »


TVA Sherbrooke

Josée Cloutier, de la station de télévision TVA de Sherbrooke, de son côté, a réalisé un reportage sur les acheteurs éventuels des installations de la station de ski et du terrain de golf. Charles Désourdy, de ski Bromont, André L’Espérance, ancien opérateur de la station de ski et Alain Chagnon, promoteur de Vertendre étudient l’appel d’offres en plus de la Coopérative de solidarité du Mont-Orford. Il manque les états financiers de la station de ski, qui feront l’objet d’une présentation, prochainement.

++++ Jeudi 25 mars

Le jeudi 25 mars : commentaires sur le projet de loi et sur l’appel d’offres

Dans la Tribune, Jean-François Gagnon rapporte les commentaires de Charles Désourdy de Ski Bromont. Ski Bromont a évalué la possibilité de faire l’acquisition de la station de ski du Mont-Orford à deux reprises dans le passé et l’organisation avait jugé qu’il n’aurait pas été possible de rentabiliser l’investissement. Il juge que la convention collective des employés de la station de ski du Mont-Orford est un frein à l’acquisition. Il aurait préféré que l’appel d’offres soit divisé en deux en séparant la station de ski du terrain de golf. Ce sont deux activités commerciales différentes.

Le projet de fonds de relance de la région est un facteur positif mais la ministre a renvoyé les intervenants à la table de travail en rejetant le moyen retenu, la hausse de 0,25 % de la vente. Les soumissionnaires ne pourront pas en tenir compte dans leur évaluation. On apprend que les états financiers de l’opération des installations seront présentés à l’occasion d’une rencontre spéciale.

Toujours dans La Tribune, Sonia Bolduc reprend les grandes lignes de la conférence de presse de SOS Parc Orford, sous le titre « SOS Parc Orford maintient sa vigilance, Opposition ferme à un lien mécanique entre la montagne et le développement Vertendre ».

++++ Vendredi 26 mars

Le vendredi 26 mars : commentaires sur le projet de loi et sur l’appel d’offres

Dans la Tribune, sous le titre « Marc Bellemare condamne l’intransigeance de SOS Parc Orford », Jean-François Gagnon rapporte les propos du syndicaliste. Ce dernier n’a pas de problème avec la réintégration des terres tel que défendu par SOS Parc Orford. C’est la position de la coalition contre le projet de remontée mécanique entre le projet de Vertendre à Eastman et le Mont-Orford qui pose problème. Le journal lui attribue les propos suivants : « " On voit que le développement économique ne les a jamais intéressés. Le pire, c’est que ce projet pourrait être écologiquement acceptable. Ça donne quoi de s’objecter tout le temps ? " demande-t-il. » La position de SOS Parc Orford est exposée plus haut.

Par ailleurs, le syndicaliste aura certainement à répondre, prochainement, aux questions sur l’ouverture ou l’intransigeance du syndicat de la station de ski du Mont-Orford concernant les conditions de travail des employés. Le propriétaire de Ski Bromont, Charles Désourdy, mentionnait, jeudi, dans La Tribune, sous la plume de Jean-François Gagnon, que la convention collective pourrait être de nature à « limiter la liberté de mouvement du futur gestionnaire. » Le rapport de la MRC de Memphrémagog, sur lequel siégeait Marc Bellemare, faisait état du fait que « Les coûts de la main-d’oeuvre à la station sont supérieurs à la moyenne des stations comparables et sont difficilement compressibles. » [1]

De son côté, Jean-Guy Dépôt, environnementaliste bien connu dans la région, ex-président du Conseil régional de l’environnement de l’Estrie et membre du Comité de parrainage de la MRC, en compagnie de Marc Bellemare, prend une position diamétralement opposée dans la tribune libre du Reflet-du-Lac. Il est convaincu que la station de ski du Mont-Orford n’a pas d’avenir, compte tenu du réchauffement climatique, qui affecte particulièrement les Cantons de l’Est et du vieillissement de la population. Il est favorable à la fermeture de la station et contre toute forme de taxation pour le financement du fonds de relance. Il est opposé à toute concession dans le cadre de la Loi sur les parcs pour l’implantation de remontées mécaniques dans des aires protégées. Selon cette vision, ce serait un précédent qui risquerait d’affecter l’ensemble du réseau des parcs nationaux du Québec.

Le Carnet du ski

Parmi d’autres reportages significatifs, il faut signaler la contribution du journaliste Roger Laroche, auteur du Carnet du ski, le portail actualité-ski au Québec. Roger Laroche couvre la scène du ski depuis des années. Il connaît très bien l’industrie du ski aux niveau régional, aussi bien que national et international. Cette semaine, il livre trois articles bien informés qui sont d’intérêt pour comprendre la saga du Mont-Orford.

  • Appel d’offres - Mont Orford, LE GOUVERNEMENT PLACE LA BARRE HAUTE. Selon Laroche, la partie n’est pas gagnée et la commission parlementaire prévue à Québec pourrait réserver des surprises. Il souligne l’ambivalence du milieu qui ne veut ni la fermeture ni la facture du fonds de relance. « La prochaine saison est loin d’être assurée et le Mont Orford risque plus que jamais de se retrouver dans la chronique nécrologique des stations québécoises comme Montjoye quelques heures plus tôt. »

Le Journal de Sherbrooke

Journal de SherbrookePublié le vendredi, l’hebdomadaire le Journal de Sherbrooke affiche une manchette pessimiste avec un point d’interrogation : « Fini le ski à Orford et à Montjoye ? ». Les perceptions sont plus négatives à Sherbrooke. La fermeture de la station Montjoye touche une clientèle essentiellement Sherbrookoise.

L’auteur du Carnet du ski, Roger Laroche y signe une chronique avec le titre « Merci Montjoye, bonne chance Orford ! ». Après avoir brossé un contexte négatif au moment où on ferme Montjoye sous la pluie en Estrie alors que le Massif annonce des investissements sous la neige, il livre le fond de sa pensée. « Au-delà de toute sentimentalité et sur une base strictement d’affaires, qui voudra reprendre une entreprise maintenue sur respirateur artificiel depuis 3 ans par un gouvernement qui a épongé chaque année de très lourds déficits ? »

Radio-Canada Estrie : Un chalet à reconstruire

Au bulletin de 18h, à Radio-Canada, on met en évidence les défauts du chalet au centre de ski du Mont-Orford. À la suite d’une inspection de la Régie du bâtiment, en 2007, à la demande de la SÉPAQ, on a relevé 40 avis de défectuosité. La nécessité d’installer des gicleurs, pour la protection contre les incendies pourrait justifier à elle seule la reconstruction du bâtiment à un coût de plus de 6 millions $.

[1Rapport sur la mise en oeuvre d’une solution constructive et durable au regard de la gestion des terres publiques, du centre de ski et du golf du Mont-Orford, Présenté par la MRC de Memphrémagog, 21 janvier 2009, p. 11.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 900 / 73628

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualités  Suivre la vie du site Compte à rebours hebdomadaire 2010   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License